L’Harmonisation Energétique des Objets : comment une chose aussi banale qu’un collier peut vous pourrir la vie

L’Harmonisation Energétique des Objets : comment une chose aussi banale qu’un collier peut vous pourrir la vie

Petit témoignage à l’appui, je vais vous porter avec moi dans le monde incroyable des énergies des objets du quotidien et de leurs effets parfois désastreux. En route !

Tout est connecté !

C’est devenu un lieu commun des soins alternatifs, au point d’être parfois même évoqué de manière caricaturale, mais pourtant, c’est vrai : tout est connecté. Nous à nos maisons, nos maisons au terrain, notre terrain à nous, nous aux autres, nous aux objets, etc. Plus que ça : la séparation physique est une illusion !

Imaginez un instant autour de vous et à travers vous comme une gigantesque toile d’où il se dégage, de chaque molécule et de chaque particule de vide quantique, un point et un trait, relié à tous les autres points de notre environnement, comme des constellations complexes en mouvement constant ; mouvement qui fluctue au gré du transfert d’Informations qui s’opère en permanence et qui altère la composition même de ces points à chaque fraction de seconde en résonance avec la nature de ces mêmes Informations.

Si on pouvait voir l’infiniment petit, cela pourrait donner ça, juste en dessous, à la manière de ce que vous pourrez vous sur ma page d’accueil (rien n’est là par hasard ! 😀 )

Cela me semble être une belle représentation de ce qu’est l’énergie et de la manière dont toutes les choses peuvent être connectées ! Pas vous ? Ces particules me font littéralement planer, non seulement parce qu’elles ont la classe, mais parce que la portée symbolique et philosophique de ces machins est merveilleuse !

Nous sommes donc connectés à tout en tout temps, que nous le voulions ou non, que nous en ayons conscience ou non, nous sommes tous concernés et il n’y a pas d’exception à cette règle.

Et si tout est connecté, nous pouvons déduire un ou deux trucs plutôt pertinents. Mais dans ma démarche, le point qui suscite davantage mon intérêt est l’influence. Les lieux dans lesquels nous vivons nous influencent grandement, voilà pourquoi j’attache une grande importance au traitement et à l’harmonisation des lieux. Mais nos objets aussi émettent une influence, et c’est, là encore, une chose qui peut subrepticement nous ruiner nos journées et avoir un réel impact néfaste sur notre santé, notre état émotionnel, notre comportement, etc.

Bien entendu, souvent, l’influence de ces objets est neutre, dans le sens où l’objet en question ne pose aucun problème. Parfois même, et c’est généralement plus rare, l’influence est bonne ! C’est à dire qu’avoir cet objet à la maison ou sur soit permet une meilleure circulation des énergies et un meilleur état général ! On en trouve beaucoup dans les salons du bien-être : orgonites, barres d’Atlantes, sceaux et autres pyramides, etc, avec parfois, des influences qui relèvent davantage du discours commercial et de la PNL que du véritable bienfait.

Aujourd’hui, je voulais mettre en évidence les autres : ces objets qui génèrent des « mauvaises » choses, et pour cela, je vais recourir à un exemple pratique. Mais avant, je préciserai que n’importe quel objet peut porter une sorte de mémoire qui rejaillit négativement : j’ai déjà eu à faire, entre autre, à un bibelot en forme d’éléphant trouvé sur un vide grenier, une chevalière ramassée par terre, une vieille armoire de famille qui se balade de génération en génération, un souvenir rapporté d’Egypte et le fameux…

 

Collier de la Discorde

Quelque part, cette anecdote, c’est un peu celle qui m’a insufflé le feu de l’harmonisation des objets. En papotant banalement avec une amie, le sujet de son collier atterrit sur le tapis, sans vraiment pouvoir me rappeler comment nous en étions venus à en parler. Il s’agit d’un collier en turquoises taillées en forme de sphères/ovales (pardonnez mon manque de vocabulaire technique sur la coupe des pierres). Elle le retire avec une pointe d’agacement et le glisse dans sa poche, avant de m’expliquer qu’elle ne peut pas le porter longtemps.

Je m’interroge : est ce que cette amie le cache par crainte d’être vue, comme si elle avait piqué ce collier dans la boite à bijoux de sa mère ? Est ce qu’elle a atteint son quota de portage de collier pour aujourd’hui ? Alors, je cède à la tentation et je lui demande des précisions, interloqué et curieux.

Et cette amie me dit que, lorsqu’elle porte ce collier plus d’une heure, elle a la désagréable sensation qu’il lui brûle la peau et elle devient irritable et colérique. Puis, elle m’explique l’histoire de ce collier, qui appartenait auparavant à la grand-mère de son fiancé, maintenant décédée, qui semblait, de son vivant, ne pas trop apprécier la nouvelle venue dans la famille.

Je propose de jeter un œil à ce collier et dégaine mon fidèle pendule et mes planches. Et les mesures obtenues étaient désastreuses : un taux vibratoire abominable, un impact sur la santé catastrophique et une vieille mémoire « stockée » dans l’objet et qui rejaillissait sur sa porteuse.

Après une preste harmonisation de cette mémoire, j’ai invité mon amie à le passer à nouveau autour de son cou dans la foulée. Le soulagement était immédiat. Et à ce jour, il ne lui a plus jamais provoqué de brûlure ou de sensation d’irritabilité. En quelques sortes, le Collier de la discorde est simplement redevenu un joli collier tout à fait portable sans effets secondaires. Comme quoi, parfois, le bien-être, ça tient à peu de choses !

 

Et vous ?

Peut-être avez vous déjà senti, chez vous ou même sur vous, qu’un de vos objets, peu importe sa taille, sa forme, sa matière et son utilité, dégage une certaine forme de nocivité ou d’inconfort, ne serait-ce qu’en posant les yeux sur lui ? Je peux y jeter un œil, moi aussi, à distance et je vous offre même le diagnostic !

Il suffit juste d’aller là ! Oui, juste là !

Dans tous les cas, portez vous bien !

Quentin Herrera

Laisser un commentaire

Fermer le menu