Nosso Lar : un film/documentaire sur la vie après la mort dans le monde spirituel !

Nosso Lar : un film/documentaire sur la vie après la mort dans le monde spirituel !

Si, comme moi, vous vous demandez à quoi ça ressemble par delà le voile de la mort, faites comme chez vous et entrez dans Notre Demeure !

Chico Xavier – L’instrument des esprits

Je ne pouvais pas présenter le film sans parler brièvement du bonhomme. S’il n’est pas hyper connu dans l’hexagone, à part sans doute dans des cercles très confidentiels, Chico est une superstar au Brésil. Vous imaginez, vous, en France, des rues nommées en l’honneur d’un médium ? Ouais, moi aussi ça me semble hallucinant. Et pourtant, dans de très nombreuses villes brésiliennes, on trouve des rues Chico Xavier. C’est normal, comme on dit dans le Hip Hop, « le mec pèse dans le game » !

Chico Xavier. Il n’y a que moi qui trouve une ressemblance avec le type qui chante Trololol ?

Chico Xavier, né en 1910, provient d’un milieu très défavorisé. C’est après le décès de sa mère, alors qu’il n’a que cinq ans, qu’il commence à entendre des voix. Plus tard, en 1927 il adhère au mouvement Spirite et fonde son propre institut. Mais c’est quelques années plus tard, alors qu’il travaille comme caissier, qu’il se fait remarquer en publiant « Le Parnasse d’Outre Tombe« , un recueil de 60 poèmes de haute volée qu’il signe du nom des esprits qui lui ont dicté, une habitude qu’il entretient au cours de son impressionnante carrière.

Chico n’arrêtera jamais d’écrire jusqu’à sa mort, en 2002. En tout, il aura publié 451 livres, en coopération avec les esprits qui lui transmettaient ces enseignements et dont la plupart des bénéfices auront été reversés à des œuvres caritatives. Samèrelipopette !

Et si le coup du nom des rues vous a mis sur votre popotin, écoutez ça : en 1981, le Brésil a proposé Chico Xavier, Médium, comme Lauréat au Prix Nobel de la Paix ! Eh, perso, ça me donne de l’espoir pour le Prix Nobel de la Paix 2051. Bon, il n’a pas été récompensé pour son oeuvre, mais quand même. Sacré bonhomme ! Autant dire qu’il aura… Marqué les esprits. Erm.

Le film que je vous présente aujourd’hui est basé sur son livre le plus populaire : Nosso Lar, la vie dans le Monde Spirituel, distribué à plus de 1,3 millions d’exemplaires dans le monde entier, publié en 1944.

Et autant vous dire que les brésiliens, lorsqu’ils ont pris la décision d’adapter le livre en film, en 2010, ont vu les choses en grand ! Nosso Lar est une superproduction, équivalente pour le Brésil à la production de Avatar de James Cameron. Bon, j’admets que la réalisation et le rythme risquent de déstabiliser les spectateurs plutôt habitués aux films d’action, mais le jeu en vaut la chandelle !

Voilà, vous avez tout ce qu’il vous faut pour comprendre la portée et le contexte du film !

 

La Bande Annonce

Personnellement, je trouve cette bande annonce bancale, parce qu’elle se calque sur les archétypes de bandes annonces des films plus conventionnels et, forcément, ça fait pas le même effet avec un film sans une intrigue à la mode Hollywood ! Je vous recommande de passer directement au film si le sujet vous intéresse. 

 

Un billet pour Notre Demeure, s’il vous plaît !

Je vais m’abstenir de spoiler au maximum. De toute manière, le film n’a pas d’intrigue précise, il suit simplement l’évolution du protagoniste et son apprentissage des lois du monde spirituel.

« C’était comme sortir d’un long sommeil », premières images du film. Ambiance maximale.

Le début du film nous permet d’ailleurs de faire la connaissance de ce protagoniste, André Luiz, un médecin brésilien austère, surmené, colérique, qui néglige sa famille et ses besoins. Suite à des complications hépatiques, il meurt sur la table d’opération, et passe « de l’autre côté », dans ce que le film appelle « le Seuil », un désert sombre, sinistre et violent où sont « coincées » les âmes qui ont encore un niveau de conscience à franchir. Le film ne l’explique pas comme ça (à vrai dire, le film ne l’explique pas du tout), mais c’est comme ça que je le comprends : ces âmes doivent appeler et accepter la lumière, le pardon, la foi, pour accéder aux portes de Notre Demeure, le monde spirituel auquel nous appartenons tous et auquel André finit par accéder, lui aussi. Les gens du Seuil appellent même André Luiz un suicidé, parce qu’il a ignoré sa propre souffrance et que ça l’a rendu malade au point de le tuer !

J’ai montré ce film à des proches, et ce passage les a vraiment inquiété. Je vous rassure, le film laisse entendre, à un moment, que les personnes qui ont cultivé leur spiritualité dans la vie physique ne passeront pas par le Seuil et arriveront directement devant la porte dorée de Notre Demeure ! Et ça, c’est cool.

Le second arc du film se concentre sur l’Hôpital, un endroit où André Luiz se remet de sa mort et du passage dans le Seuil, noue des amitiés et apprend les premiers codes de ce nouveau monde. Il va d’ailleurs lui falloir s’habituer à la médecine spirituelle, bien différente de la médecine qu’il pratiquait sur Terre ! Dédicace à l’Eau de la Patience, une astuce que je note dans un coin de ma tête pour mes futurs enfants et pour les personnes qui participent à mes formations à la radiesthésie ou à l’auto-hypnose. Vous comprendrez après avoir vu le film 😉

Welcome to Nosso Lar !

Ensuite, au cours de l’arc principal du film, son nouvel ami et mentor, Lisias, guide André dans Notre Demeure et lui présente les différents Centres Spirituels, les protocoles qui permettent de communiquer avec la Terre, le fonctionnement, la hiérarchie et l’organisation de cette société spirituelle. Lisias lui explique la réincarnation et les liens entre les familles d’âmes, alimente sa réflexion sur les notions d’amour, de service, de dévouement, etc. André Luiz va également tenter d’obtenir du « mérite » pour rendre visite à sa famille, sur Terre. Eh oui, il y a un système économique dans le monde spirituel. Seulement, il est basé sur le service rendu à autrui… Si seulement c’était pareil sur Terre, n’est ce pas ?

Il y a, bien entendu, quelques sous-intrigues qui mettent en lumière la progression spirituelle de André Luiz, notamment la venue de la nièce de Lisias qui n’accepte pas sa mort et que André va assister, ou le début de la seconde guerre mondiale et les préparatifs qui occupent la cité. J’imagine que tout cela est plus détaillé dans le livre, mais ces points là sont, selon moi, plutôt anecdotiques dans le film, même si, replacés dans le contexte du livre, paru en 1944, on comprend mieux pourquoi André et Chico évoquent cette période trouble.

Bref, je vous laisse regarder le film s’il vous intéresse et vous forger votre propre avis. Dans tous les cas, que l’on adhère à la manière dont le Monde Spirituel est montré ou non, ce film a le mérite de nourrir la réflexion et il aurait sa juste place dans toutes les vidéothèques des Chercheurs de Réponses 😀

Avez-vous vu ce film ? L’avez-vous apprécié ? Je vous laisse taper vos réponses dans les commentaires,

Et je vous dis à bientôt 😀

Quentin Herrera

Laisser un commentaire

Fermer le menu